mercredi 27 janvier 2021

Carta abierta al presidente de la Corte suprema, Carlos Rosenkrantz, y a los hombres de buena voluntad

Señor presidente de la Corte Suprema,

Sus palabras y cargos públicos como Presidente de la máxima institución judicial argentina son analizados y leídos con atención en todo el mundo. Ilustran una reflexión profunda y mesurada, marcada por el respeto a la Institución que preside y la salvaguarda de un bien común precioso, la Constitución Nacional.

El Comité de Ayuda y Solidaridad con los Presos Políticos en Argentina (Casppa Francia) que presido en el pasado [1] , acogió con satisfacción sus declaraciones, aunque deploraba que no se siguieran. Compartimos plenamente los comentarios que hizo sobre los jueces, recordando en particular que no les correspondía imponer una política o su propia moral, sino aplicar la ley. Entonces conoció el estado de desconfianza de la sociedad con respecto a la Justicia, y llamó a sus asociados a contribuir para que la sociedad vuelva a creer en ella, contribuyendo a mejorar la situación de la ciudadanía a través de su trabajo.

Este es, en efecto, el legado de la filosofía política en nuestras sociedades democráticas, que dibujamos en obras como El contrato social de Rousseau , o el Leviatán [2] de Hobbes , que sienta las bases de un relajamiento moderno sobre la legalidad del poder. Es también el ámbito de todo pensamiento legalista, que va desde Kant hasta Spinoza .

Es sorprendente ver lo lejos que nos hemos desviado de estos principios hoy. Cuando pidió a los jueces que no emitieran juicios de acuerdo con su interés personal o ideológico, hizo la seria observación de que esta práctica distorsionaba el principio mismo de justicia. Yo iría más allá al afirmar que esta lenta degradación nos acerca cada día más al “infierno terrenal” ligado al estado de naturaleza descrito por Hobbes , y nos encontramos al borde del abismo. ¿Por que razones?

La destrucción del estado de derecho, la democracia y la seguridad jurídica son consecuencia de la persecución judicial que han sufrido los acusados ​​de los denominados crímenes de lesa humanidad desde 2003, y de la deconstrucción de nuestras instituciones a las que pertenecí. Desde esa fecha, la ilegalidad ante la ley y la justicia excepcional han sido su vida cotidiana, en nombre de lo que estos jueces denominan “derechos humanos”. Al igual que Camus, comparto el hecho de que “nombrar las cosas incorrectamente es agregar miseria al mundo”. De esta manera, instrumentalizar las bases fundamentales sobre las que se ha construido la democracia para desviarlos, como lo han hecho estos jueces durante todos estos años, seguirá siendo una tarea infame para este país. Porque nadie puede decir hoy que no sabe lo que está pasando. Ningún juez, fiscal, abogado. La Corte de este país no puede ignorar la ignominia que se hace en su nombre, y en nombre de la justicia que creen que sirven. No podrán esconderse detrás de los discursos tranquilizadores y las expresiones vacías y grandilocuentes que han sido el crisol de esta persecución judicial, Porque la realidad es que estos juicios a los que asistimos desde 2006 son juicios políticosSon una perversión del juicio penal. Solo hay jueces federales afiliados al poder kirchnerista, un derecho de defensa impedido e indigno del nombre, que impide cualquier debate contradictorio, cualquier remedio efectivo, pero, sobre todo, una parcialidad que hace inútil la palabra juicio justo. Era una ilusión pensar que estas violaciones se limitarían a esta parte de la sociedad, ya que esta persecución era similar a un golpe judicial y sentaba un precedente peligroso

Usted conoce la magnitud del daño hasta el último detalle.  Ya sabe cuánto las reglas que se aplican a los que se han convertido en verdaderos “presos políticos” no son reglas comunes que se aplican a todos, sino reglas excepcionales. El principio de legalidad, irretroactividad del derecho penal más severo, cosa juzgada, igualdad ante la ley, respeto al principio de inocencia, igualdad de armas, nada de esto se aplica ni se respeta. La caja de Pandora se ha abierto y nadie sabe cómo cerrarla hoy. Estos “jueces” incluso han validado conceptos aberrantes como “impunidad gerontológica”, o contra la “impunidad biológica” para poder condenar y encerrar aún más, e indefinidamente. Summum de genio tiránico.

Estas violaciones continúan todos los días, con impunidad. ¿Cómo es posible eso en un país que, a priori, tiene frenos y contrapesos y órganos de control? Esto es posible por el hecho de que esta justicia no se limita a juzgar, sino a castigarElla golpea para aterrorizar. Ésta es la esencia misma del proceso político. Dada la perversión del sistema político que impera desde hace medio siglo en Argentina, que siempre ha tenido un fuerte apego a la justicia, continúa. Y se extiende. Los juicios políticos son prerrogativa de regímenes autoritarios, pueden afectar a las democracias en crisis . Argentina es hoy el triste ejemplo.  

Cuando escribió recientemente en la resolución de Tommasi, que una injusticia no fue reparada por otra injusticia, reconoció esta realidad con palabras en voz baja. Cuando subraya “las graves consecuencias que impone una condena sobre la libertad, el honor y el patrimonio del imputado”, que las hipótesis “no pueden reemplazar el valor procesal de la prueba”, que “la presunción de inocencia es el principio clave de todo el sistema penal y debe funcionar como salvaguarda contra la aceptación como verdades de supuestos acusatorios inciertos, y como principio rector del juicio para preservar la imparcialidad del tribunal”, esbozó la conclusión correcta, pero ¿qué consecuencias extrajo de eso? ¿Puede el Tribunal que usted preside estar satisfecho con simplemente revocar tal decisión?

¿Sabe cuántos casos similares ya han sido desestimados por sus predecesores y han sido declarados inadmisibles cuando estaban igualmente contaminados con violaciones? ¿Podemos pedir a los magistrados de la Cámara Federal de Casación, que han violado principios tan básicos del derecho penal, cuando se supone que deben vigilar la correcta aplicación de la ley, que revisen una sentencia en estas condiciones? ¿No es eso como pedirle a los ladrones que se comporten como guardianes? ¿Qué puede esperar un hombre de esta Corte que ha esperado en vano durante años a que le honrara, y mientras que estos magistrados en su gran mayoría han violado la Constitución y las Convenciones desde hace 14 años?  ¿Cuántos hombres y mujeres víctimas de esta persecución judicial llevan años esperando que la Corte Suprema finalmente haga justicia? ¿Cuántos morirán antes o ya lo están? Cuando todos los niveles de la justicia federal a cargo de estos juicios están tan corrompidos por esta ideología dañina, y se arrogan el poder de inventar nuevos estándares específicamente para una categoría de litigantes, en lugar de aplicar los de la República, hay muchas razones para pensar que estos no son simples errores, sino que forman parte de una justicia “de facto”. Debe ser sancionado.

En ausencia, hay muchas razones para creer que estas violaciones continúan, y que las decisiones de la Corte para corregirlas siguen siendo letra muerta o llegan demasiado tarde. A modo de ilustración, si hubiera que tomar algunos entre muchos otros, los jueces de la Sala Federal de Casación Penal acaban de decidir a principios de enero [3] , que la prisión preventiva indefinida que se aplicó a los acusados ​​de delitos de lesa humanidad no fue un problema, dada la gravedad de las acusaciones en su contra. Estos jueces no basan en absoluto sus decisiones en los estándares de derecho penal existentes, sino en interpretaciones ilegales que crean desde cero. Y esto ha sido permanente durante 14 años. Hasta que nadie detenga esta monstruosidad legal, no hay razón para que esto cambie. Recordemos que en estos casos denominados crímenes de lesa humanidad en Argentina, estamos asistiendo a la violación del principio de legalidad, irretroactividad del derecho penal más severo, res judicata, igualdad ante la ley, se vulnera el derecho a un juicio justo, con la inversión de la carga de la prueba, la desigualdad de armas, o incluso la duda que no beneficia al imputado, y una farsa del derecho a la defensa. No hay un debate justo y no se respeta la legalidadPero siempre hay una presunción de culpa. Disculpe, Sr. Presidente, por deletrear esta tediosa lista. En resumen, puedo decirles que estos juicios no son más que una sentencia de muerte física y social que no dice su nombre.

Estos magistrados merecen un juicio político y la pérdida de su cargo. Si no se hace nada, la Argentina seguirá hundiéndose irreparablemente en este “infierno terrenal” del Leviatán, y esto no solo afectará a los acusados ​​ilegalmente de crímenes de lesa humanidad. Todos los días somos testigos de esta desintegración de la sociedad que se está extendiendo con mayor rapidez a medida que el ejemplo de la violación de las normas proviene de aquellos que se supone que deben hacerlas cumplir.

Señor presidente, actúe mientras aún hay tiempo, y no permita que las instituciones judiciales se perviertan tanto bajo su presidencia. Defienda el derecho a un juicio justo del que Usted es garante, garantizado por la Constitución, y trabaje para exigir la nulidad de estas sentencias arbitrarias e ilegales. Para que la justicia de este país sea algún día respetada, debe ser respetable y dejar de degradar a la sociedad como lo hace. Hay una necesidad urgente de actuar. ¡No tenga miedo!  ¡Ponga fin a esta injusticia ahora!

Prof. Mario Sandoval, presidente de Casppa France

[1] https://www.casppafrance.org/2019/05/carlos-rosenkrantz-para-que-el-sistema.html

https://www.casppafrance.org/2019/05/rosenkrantz-no-hay-individuos-de.html

https://www.casppafrance.org/2019/05/buenas-intenciones-sin-jamas-pasar-al.html

[2] El Leviatán se basa en la idea de que los hombres no pueden llevarse bien porque son demasiado sospechosos y dominantes para ello. Se necesita un tercero para hacer que se respeten entre sí. El Leviatán es este tercero, esta fuerza tutelar que se impone a las partes contratantes. Para instituir esta fuerza política trascendente, los hombres deben renunciar a su libertad natural y así transferir al Leviatán el poder de coerción y fuerza. ¿Para qué beneficio? A cambio de su libertad natural, el Leviatán asegura la protección de sus súbditos y su propiedad.


lundi 25 janvier 2021

Lettre ouverte au Président Rosenkrantz et aux hommes de bonne volonté.

Monsieur le Président de la Cour suprême,

Vos paroles et prises de position publiques en tant que Président de la plus haute institution judiciaire argentine, sont scrutées et lues avec attention dans le monde entier. Elles illustrent une réflexion approfondie et mesurée, empreinte du respect de l’Institution que vous présidez et de la sauvegarde d’un bien commun précieux, la Constitution nationale.

Le Comité d’aide et solidarité avec les Prisonniers Politiques en Argentine (Casppa France) que je préside a par le passé[1], salué vos déclarations, tout en déplorant qu’elles ne soient pas suivies d’effet. Nous partagions pleinement les propos que vous firent alors sur les juges, rappelant en particulier qu’il ne leur revenait pas d’imposer une politique ni leur propre morale, mais d’appliquer le droit. Vous aviez conscience alors de l’état de défiance de la société à l’égard de la Justice, et appeliez vos comparses à contribuer à ce que la société puisse de nouveau croire en elle, en contribuant à améliorer le sort des citoyens par leur travail.

C’est en effet le leg de la philosophie politique à nos sociétés démocratiques, que nous puisons dans des œuvres comme le contrat social de Rousseau, ou encore le Léviathan[2] de Hobbes, qui pose les bases d’une société moderne, reposant sur la légalité du pouvoir. C’est aussi la portée de toute la pensée légaliste, qui va de Kant à Spinoza.

Il est saisissant de voir aujourd’hui à quel point nous nous sommes éloignés de ces principes. Lorsque vous demandiez aux juges de ne pas émettre de jugements selon leur intérêt personnel ou idéologique, vous faisiez le grave constat que cette pratique dévoyait le principe même de la justice. J’irais plus loin en déclarant que cette lente dégradation nous rapproche chaque jour davantage de « l’enfer terrestre » lié à l’état de nature décrit par Hobbes, et nous trouvons au bord de l’abime. Pour quelles raisons ?

Le démolissement de l’État de droit, de la démocratie, de la sécurité juridique, sont la conséquence de la persécution judiciaire que les accusés des soi-disant crimes contre l’humanité subissent depuis 2003, et de la déconstruction de nos institutions qui l’ont accompagné. L’illégalité devant la loi et la justice d’exception sont depuis cette date leur quotidien, au nom de ce que ces juges nomment « droits de l’Homme ». Comme Camus, je partage le fait que « mal nommer les choses, c’est ajouter de la misère au monde ». Instrumentaliser ainsi les bases fondamentales sur lesquelles ont été bâti la démocratie pour les dévoyer comme ces juges l’ont fait depuis toutes ces années, restera une tâche infamante pour ce pays. Car nul ne peut aujourd’hui dire qu’il ne sait pas ce qui se passe. Aucun juge, procureur, défenseur, greffier de ce pays ne peut ignorer l’ignominie qui est faite en leur nom, et au nom de la justice qu’ils pensent servir. Ils ne pourront pas se cacher derrière les discours lénifiants et les expressions grandiloquentes creuses qui ont été le creuset de cette persécution judiciaire. Car la réalité est que ces procès auxquels nous assistons depuis 2006 sont des procès politiques. Ils sont une perversion du procès pénal. On n’y trouve que des juges fédéraux affiliés au pouvoir kirchneriste, un droit de la défense empêché et indigne de ce nom, empêchant tout débat contradictoire, tout recours efficace, mais surtout, une partialité rendant vain le mot de procès équitable. Penser que ces violations se cantonneraient à cette partie de la société était une illusion, tant cette persécution s’est apparentée à un coup d’Etat judiciaire et constituait un dangereux précédent. 

Vous connaissez l’étendue des dégâts dans les moindres détails.  Vous savez combien les règles qui sont appliquées à ceux qui sont devenus de véritables « prisonniers politiques » ne sont pas les règles communes appliquées à tous, mais des règles d’exception. Le principe de légalité, de non-rétroactivité de la loi pénale la plus lourde, de la chose jugée, de l’égalité devant la loi, du respect du principe d’innocence, d’égalité des armes, rien de tout ceci n’est appliqué ni respecté. La boite de Pandore a été ouverte, et nul ne sait comment la refermer aujourd’hui. Ces « juges » ont même validé des concepts aberrants tels que « l’impunité gérontologique », ou encore contre « l’impunité biologique » pour pouvoir condamner et enfermer encore plus, et indéfiniment. Summum du génie tyrannique.

Ces violations continuent chaque jour, en toute impunité. Comment est-ce possible dans un pays qui, à priori, est doté de contre-pouvoirs et d’instances de contrôles ? Cela est rendu possible par le fait que cette justice ne se borne pas à punir, mais vise à dissuader.  Elle frappe pour terroriser. Voilà l’essence même du procès politique. Compte tenu de la perversion du système politique qui prévaut depuis un demi-siècle en Argentine, qui a toujours eu une forte emprise sur la justice, elle perdure. Et s’étend. Les procès politiques ne sont pas l’apanage des régimes autoritaires, ils peuvent toucher les démocraties en crise. L’Argentine en est aujourd’hui le triste exemple.

Lorsque récemment vous avez écrit dans la décision Tommasi, qui a été saluée, que l’on ne réparait pas une injustice par une autre injustice, vous reconnaissiez à mots feutrés cette réalité. Lorsque vous y soulignez « les conséquences lourdes imposées par une condamnation sur la liberté, l’honneur et le patrimoine de l’accusé », que les hypothèses « ne peuvent pas se suppléer à la valeur procédurale des éléments de preuve », que « la présomption d’innocence est le principe clé de l’ensemble du système pénal et doit fonctionner comme une garantie contre l’acceptation comme vérités d’hypothèses accusatrices incertaines, et comme un principe directeur de jugement pour préserver l’impartialité du tribunal », vous en dressiez le constat juste, mais quelles conséquences en avez-vous tiré ? La Cour que vous présidez peut-elle se contenter de simplement casser une telle décision, sans en tirer au fond toutes les conséquences alors que tous les indicateurs sont au rouge ?

Savez-vous combien de cas similaires ont déjà été écartés par vos prédécesseurs et ont été déclarés inadmissibles alors qu’ils étaient tout autant entachés de violations ? Peut-on demander aux magistrats de la Chambre fédérale de cassation, qui ont violé de tels principes basiques de droit pénal, alors qu’ils sont sensés contrôler la bonne application du droit, de revoir un jugement dans ces conditions ? N’est-ce pas comme demander à des voleurs de se comporter en gardiens ? Que peut bien attendre de cette Cour un homme qui attend en vain depuis des années qu’elle ne lui rende son honneur, et alors que ces magistrats violent dans leur grande majorité la Constitution et les Conventions depuis maintenant 14 ans?  Combien d’hommes et de femmes victimes de cette persécution judiciaire attendent depuis des années que la Cour suprême leur rende enfin justice ? Combien vont décéder avant ou le sont déjà? Lorsque tous les échelons de la justice fédérale en charge de ces procès sont à ce point corrompus par cette idéologie néfaste, et s’arrogent le pouvoir d’inventer de nouvelles normes spécifiquement pour une catégorie de justiciables, en lieu et place d’appliquer celles de la République, il y a tout lieu de penser qu’il ne s’agit pas de simples erreurs, mais relève d’une justice « de facto ». Cela doit être sanctionné.

En l’absence, il y a tout lieu de penser que ces violations continuent, et que les décisions de la Cour pour les corriger restent lettre morte, ou n’arrivent trop tard. A titre d’illustration, s’il fallait en prendre parmi tant d’autres, les juges de la Chambre fédérale de Cassation pénale viennent de décider début janvier[3], que la prison préventive indéfinie qui était appliquée aux accusés de crimes contre l’humanité n’était pas un problème, compte tenu de la gravité des faits qui leur étaient reprochés. Ces juges ne se basent absolument pas sur les normes de droit pénal existantes pour fonder leur décision, mais sur des interprétations illégales qu’ils créent de toutes pièces. Et cela est permanent depuis 14 ans. Tant que personne n’aura stoppé cette monstruosité juridique, il n’y a aucune raison que cela change. Rappelons que dans ces affaires dites de crimes contre l’humanité en Argentine, nous assistons à la violation du principe de légalité, de non-rétroactivité de la loi pénale la plus lourde, de la chose jugée, de l’égalité devant la loi, sont violés le droit à un procès équitable, avec l’inversion de la charge de la preuve, d’inégalité des armes, ou encore du doute qui ne profite pas à l’accusé, et un simulacre du droit à la défense. Il n’y a pas de débat loyal et la légalité n’est pas respectée. Mais il y a toujours présomption de culpabilité. Pardonnez, monsieur le Président, l’énoncé de cette liste fastidieuse. Je pourrai, pour résumer, vous dire que ces procès ne sont rien d’autre qu’une condamnation à mort sociale et physique qui ne dit pas son nom.

Ces magistrats méritent un procès politique et la déchéance de leur charge. Si rien n’est fait, l’Argentine continuera à s’enfoncer irrémédiablement dans cet « enfer terrestre » du Léviathan, et cela ne concernera pas que les personnes accusées illégalement de crime contre l’humanité. Nous assistons tous les jours à ce délitement de la société qui se répand d’autant plus vite que l’exemple de la violation des normes vient de ceux qui sont sensés la faire respecter.

Monsieur le Président, agissez pendant qu’il en est encore temps, et ne laissez pas les institutions judiciaires être ainsi perverties sous votre présidence. Défendez le droit au procès équitable dont vous êtes le garant, tel qu’il est garanti par la Constitution, et œuvrez pour demander la nullité de ces sentences arbitraires et illégales. Pour que la justice de ce pays soit un jour respectée, il faut qu’elle soit respectable, et cesse de dégrader la société comme elle le fait. Il y a urgence à agir. « N’ayez pas peur ! », mettez fin à ces injustices maintenant !

Pr Mario Sandoval, Président de Casppa France.

[2] Le Léviathan repose sur l’idée que les hommes ne peuvent pas s’entendre car trop méfiants et dominateurs pour cela. Il faut donc un tiers pour les faire se respecter l’un l’autre. Le Léviathan est ce tiers, cette force tutélaire qui s’impose aux contractants. Pour instituer cette force politique transcendante, les hommes doivent renoncer à leur liberté naturelle et ainsi transférer au Léviathan le pouvoir de contrainte et la force. Pour quel bénéfice ? En échange de leur liberté naturelle, le Léviathan assure la protection de ses sujets et de leurs biens.

[3]

dimanche 17 janvier 2021

La République Argentine assiégée, ou comment les kleptocrates au pouvoir ont assailli l’Etat

Parvenu au pouvoir en 2003 avec un très faible score, et jusqu’alors Gouverneur de Santa Cruz inconnu du grand public, Nestor Kirchner, qui ne bénéficiait pas de majorité au parlement, n’arrivait pourtant pas seul au pouvoir. Comme le décrivent très bien les auteurs de l’ouvrage “El Pacto”[1], c’est en s’alliant aux anciens membres des groupes terroristes qu’il a assis son pouvoir, en mettant en échange en place un récit mensonger mais puissant autour de la mémoire des années 70 et des Droits de l’Homme. Sa stratégie a ensuite consisté à noyauter patiemment les institutions, en y plaçant ses affidés, et en dégageant tous ceux qui n’appliquaient pas les consignes. Ce pacte tacite assurait aux uns le pouvoir, aux autres l’impunité, et pour tous, l’argent de la corruption.

Mais revenons à ce qui peut être considéré comme le point de départ de l’assaut donné contre la République argentine : au cours d’une cérémonie mémorable organisée à l’ESMA, Nestor Kirchner humiliait l’Etat major de l’armée publiquement, dans un acte d’autoritarisme qui serait la marque des « années K » jusqu’en 2016. Alors que le pays avait déjà largement tiré les leçons des « années de plomb » avant cette date, Nestor Kirchner sonnait le glas des institutions du pays en installant aux plus hautes fonctions du gouvernement et des institutions de nombreux anciens terroristes.

Alors que le pays avait réussi à surmonter ces années de violence politique, il est parvenu à imposer une mémoire officielle revisitée, dont les anciens terroristes sont les grands gagnants. Les quelques voix qui se sont élevées pour protester contre ce plan sidérant qui a tout d’une vengeance, ont bien vite préféré se taire, face à la pression énorme qui s’est abattue, et à la grande purge qui s’en est suivie. Le débat a en effet vite laissé place à l’intimidation et aux menaces. Une forme de terrorisme culturel s’est abattue sur toutes les voix discordantes, et la menace de perdre son emploi a achevé d’éteindre toute contestation. Les fameux « escraches » sont même devenus très tendances aux yeux de la gauche progressiste, dès lors qu’ils sont dirigés contre les accusés dit de crimes contre l’humanité ou les juges récalcitrants (et beaucoup moins sinon)[2].

Il est donc devenu de bon ton de s’en prendre à tous ceux qui n’avaient pas rejoint les groupes armés illégaux dans les années 70 dans les années K. Face à l’indifférence de la communauté internationale, voir même avec la bénédiction d’organisations internationales, un gouvernement d’hommes politiques corrompus associés à d’anciens terroristes s’est imposé, et a pu mener une véritable guérilla judiciaire. Depuis plus de 14 ans, cette justice d’exception[3] rend implacablement son verdict, invariable et arbitraire : coupable. Cette mécanique redoutable a non seulement condamné des milliers de personnes sans preuve, mais a eu un autre effet dévastateur : la peur s’est insinuée progressivement au sein des institutions de contrôle et des contre-pouvoirs, et a laissé place à un clientélisme débridé. Le « gouvernement K » a pris tous les pouvoirs et instauré une véritable kleptocratie, par une prise en main de brutale toutes les institutions. En développant une mémoire glorifiant la « révolution culturelle » des années 70 et minorant les crimes terroristes, restés impunis, il s’est assuré du soutien de nombreux militants

Ce pouvoir absolu a permis à cette bande organisée de faire main basse sur de nombreux secteurs, et de s’enrichir de façon considérable grâce à une pratique débridée de la corruption, durant les différents mandats du couple Kirchner, soit de 2003 à 2015. Les juges en place se sont dans une très large majorité affranchie de leurs propres règles, sans jamais être sanctionnés, si ce n’est par une simple mise à la retraite d’office lorsque le scandale était trop fort. Mais ces pratiques sont devenues tellement visibles qu’elles ont fini par ternir le dernier mandat de Kristina Kirchner, faisant ainsi perdre le candidat qu’elle avait choisi de placer en 2015 pour faire son intérim et préparer son retour.

Après la victoire du chef de « cambiemos », et un intermède de 4 années où la justice est revenue mollement à des pratiques plus présentables, de nombreuses affaires à l’encontre du « clan K » ont été ouvertes. Hélas, une fois revenu au pouvoir en 2019, la folie prédatrice a repris de plus belle, cette fois-ci dans le but d’« effacer » toutes les affaires judiciaires du clan, qui sont nombreuses[4]. L’attaque est cette fois-ci directe, plus de militaires paravent pour masquer son véritable projet politique. Les procès-cirques de lèse-humanité ne suffisent plus à occuper le devant de la scène pour faire diversion. Après quelques mois de flottement où le Président Fernandez a tenté de faire croire qu’il était un social-démocrate, afin de rassurer le Fonds monétaire international (FMI) et les Chefs d’Etat qui avaient soutenu le plan de sauvetage qui avait été alloué à l’Argentine, les masques sont tombés.

L’assaut sur la justice a repris de plus belle, dans une quête éperdue à l’impunité générale du « clan K ». Les attaques sont dirigées une fois de plus sur les membres de la Cour suprême. En moins d’un an, le bilan de l’entreprise de démolition des institutions est sidérant, aidé en cela par une pandémie sanitaire qui a permis au clan de gouverner par décrets (plus de 76 en 8 mois !), contournant ainsi le parlement, et muselant la justice. L’opposition, divisée, ne joue aucun rôle.  En à peine un an d’exercice du pouvoir, la République est en passe de s’effondrer. Les Institutions, déjà affaiblies, vacillent. Les juges fédéraux, qui se sont compromis dans des procès-cirques mal-nommés de « lèse-humanité », qui ont bafoué ouvertement les règles de droit pénal élémentaires pour complaire au clan ou espérer des prébendes, rechignent jusqu’à présent à valider un plan d’amnistie aussi grossier.

Quelques voix s’alarment néanmoins. Le collectif « serà justicia » a adressé une supplique[5] au FMI, à la Banque mondiale, la Banque interaméricaine de développement et à l’Organisation des Etats américains, pour dénoncer l’assaut violent que subissent les institutions du pays dans le but de stopper les affaires de corruption qui touchent le clan.  Sera-t-il entendu ? Les argentins, qui ont assisté passivement au désarmement de leurs institutions et à la manipulation de la justice en 2003, auront-ils cette fois-ci l’énergie et la volonté de s’opposer ? La justice, qui s’est compromise en appliquant une politique d’Etat inique et illégale à l’encontre non seulement des anciennes forces armées et de sécurité, mais aussi des prêtres, avocats, magistrats, civils, etc, qui ont eu pour tort de ne pas avoir rejoint la lutte armée, appliquera t’elle demain une autre politique d’Etat tout aussi inique, destinée à garantir l’impunité du « clan K »? L’avenir le dira.

Casppa France, le 17 janvier 2021.



[2) Contrairement à ce qu’indique Wikipédia https://fr.wikipedia.org/wiki/Escrache, ces "escraches" sont en réalité ultra violents et n’ont rien d’une manifestation pacifique. Ils n'ont jamais été condamnés par les autorités argentines, voir même encouragés. Etrangement, le "escrache" n’est plus le bienvenu dès lors qu’il touche l'un des leurs. https://www.casppafrance.org/2019/07/como-reaccionar-los-escraches-con-el.html. Récemment, le Président Fernandez les a comparé à des actes relevant du fascisme ou du nazisme, dans une volteface dont il est devenu coutumier. https://www.infobae.com/politica/2020/09/28/alberto-fernandez-condeno-el-escrache-a-ricardo-lorenzetti-es-algo-propio-del-fascismo-y-del-nazismo/

[3] En 14 ans de procédure, 250 sentences ont été prononcées, avec 1013 condamnations pour 164 absolutions ; voir le rapport officiel sur : https://www.fiscales.gob.ar/lesa-humanidad/en-14-anos-de-juicios-se-dictaron-250-sentencias-con-1013-personas-condenadas-y-164-absueltas/

[4] Voir le document présenté par « serà justicia », qui synthétise les nombreuses affaires de corruption qui concernent soit directement la famille Kirchner, soit des alliés proches https://drive.google.com/file/d/1u7qS4tNp6rm6_elcwGuUctYh3qzXS23p/view

Las condiciones morales y juridicas para la participación de las fuerzas armadas en la seguridad interior.

  La participación de las fuerzas armadas en las operaciones de seguridad interior deben estar condicionadas a dos principios esencia...